Norton Blog

« Retour au Blog Norton

Confidentialité sur les réseaux sociaux : une illusion ?

by Brian Cody

Pendant plus de 22 semaines en 2015, Hipster Barbie a fasciné le Web, devenant une sensation en ligne avec plus de 1,3 million d'abonnés sur Instagram. 

Hipster Barbie, ou socalitybarbie de son nom d'utilisateur, était un compte Instagram parodique soigneusement réalisé qui illustrait la génération Y avec un éclairage onirique, des selfies, des aventures et un potentiel d'identification un peu trop réel pour de nombreux utilisateurs de réseaux sociaux.

Idée originale de la photographe Darby Cisneros, Hipster Barbie était la représentation parfaite de la manière dont nous utilisons les réseaux sociaux pour raconter des histoires sur nos vies. Nous vivons à travers un filtre en ne montrant que ce que voulons que les autres voient.

Hipster Barbie mettait en lumière les efforts déployés par de nombreuses personnes pour présenter certains aspects de leur vie, mais cela a également mis en avant la notion de confidentialité en ligne. Le compte Hipster Barbie a présenté une version détaillée complète d'une vie réelle, tout comme nombre des millions de comptes qui ont inspiré Cisneros à prendre son appareil photo et à créer un compte. Jetez un œil à l'un des millions de comptes réels et vous découvrirez un portrait détaillé de la vie de son propriétaire.

Bien que les utilisateurs soient de plus en plus prudents sur ce qu'ils publient, la confidentialité sur les réseaux sociaux reste incertaine. Que font les réseaux sociaux de toutes nos informations ? Qui est propriétaire des photos que nous partageons sur les services cloud tels qu'Instagram ?


Confidentialité sur les réseaux sociaux

Pour développer ses choix de publicité, Facebook collecte des quantités astronomiques d'informations démographiques et psychographiques sur ses utilisateurs : tout ce qu'il est possible de collecter, des préférences sexuelles aux sites que vous consultez, en passant par vos films préférés.

En 2011, un court métrage d'horreur interactif nommé Take This Lollipop a montré à quel point la plupart des comptes Facebook sont faciles d'accès. Écrit et réalisé par Jason Zada, l'expérience interactive consistait à se connecter au compte Facebook d'un utilisateur pour lui ouvrir les yeux à travers une expérience terrifiante.

Dans le film, un harceleur Facebook fouille dans les informations personnelles de l'utilisateur, notamment ses détails intimes et photos disponibles publiquement. Gros succès viral, la vidéo détaillait la quantité d'informations que nous donnons sur nos vies en quête d'interaction et de validation.

Bien que le film ait été un succès, les réseaux sociaux ont ouvert la voie à des comportements sociaux bien plus inquiétants. Suite au concert Slane 2013 en Irlande, des photos d'une jeune fille pratiquant un acte sexuel ont été largement partagées sur les réseaux sociaux, certains utilisateurs allant jusqu'à identifier la jeune fille sur la vidéo.

En 2014, une faille d'un site tiers a permis la fuite en ligne d'un fichier de 14 Go de photos et vidéos privées en faible résolution provenant de Snapchat sur les réseaux sociaux et des sites comme Reddit et 4chan. Bien que les vidéos et photos Snapchat soient conçues pour s'autodétruire disparaître, nombreux sont ceux qui utilisent des apps tierces pour enregistrer et stocker ces vidéos et photos secrètement.


En 2015, le site de rencontre Ashley Madison a été piraté et les détails de compte ont été largement partagés en ligne et sur les réseaux sociaux.

Le partage de la position ou la géolocalisation représente une autre inquiétude : indiquez que vous êtes à l'aéroport avec votre famille et vous annoncez à tout un réseau que votre maison est vide. Étant donné la quantité astronomique de données et d'informations disponibles sur les réseaux sociaux (que nous partageons nous-mêmes pour la plupart), l'usurpation d'identité, la traque, la notoriété virale accidentelle, la surveillance et le harcèlement en ligne sont des inquiétudes sérieuses.

Même une photo inoffensive partagée sur les réseaux sociaux peut causer des problèmes. L'artiste Richard Prince a téléchargé et exposé des dizaines de photos d'Instagram. Il a gagné des centaines de milliers de dollars en exploitant des photos volées. Et ce n'est même pas illégal. Richard Prince a contourné les lois sur les droits d'auteur en supprimant les légendes et en écrivant les siennes.

Bien que les réseaux sociaux posent un sérieux problème de confidentialité, les deux ne sont pas forcément incompatibles. La confidentialité est possible, bien que cela implique de réduire la portée de vos publications.

Sur Facebook, vous pouvez dissimuler votre compte des moteurs de recherche, empêcher le site de vous suivre, limiter les informations qu'il utilise dans les publicités, activer l'authentification à deux facteurs et désactiver la géolocalisation. Sur Twitter et Instagram, vous pouvez rendre vos comptes privés de sorte que seuls vos abonnés voient ce que vous publiez. Il en va de même pour Snapchat : ajoutez uniquement les personnes que vous connaissez.

La confidentialité en ligne est une illusion et peu importe le soin avec lequel un compte est tenu, nous montrons souvent bien plus que ce que nous voulons sur nos comptes sociaux. Malheureusement, la seule manière efficace de ne pas exposer sa vie sociale est d'éviter les réseaux sociaux.

Vous recherchez le meilleur moyen d'assurer la protection de votre famille dans le monde en ligne ? Essayez Norton Family Premier pour favoriser des habitudes Internet sécurisées.

Ce billet a été publié le mar. août 01, 2017, sous family security , online safety et social media

VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS ?

Suivez-nous pour connaître les dernières actualités, astuces et mises à jour.