Norton Blog

« Retour au Blog Norton

Cyberharcèlement : ce qu’il faut savoir

by Norton-Team

Bien qu’elles aient révolutionné notre façon de communiquer, les relations sociales en ligne ont de bons et de mauvais côtés. Elles donnent une nouvelle dimension à notre quotidien et nous facilitent la vie, mais présentent également des aspects bien moins agréables...

Le cyberharcèlement, notamment, a des effets dévastateurs sur les jeunes. Il consiste à exploiter les modes de communication en ligne pour insulter ou humilier une personne, un crime qui ne se cantonne pas à la cour de l’école. À la faveur des avancées technologiques, il a même pris de l'ampleur au fil des ans.

Contrairement au harcèlement classique, le cyberharcèlement ne passe pas par la force et ne nécessite aucun contact physique. Toute personne équipée d'une connexion à Internet et d'un périphérique peut s'y livrer. Le cyberharcèlement peut se produire à toute heure du jour et de la nuit, 7 jours sur 7. Comme nombre de plateformes ne font aucun effort pour vérifier l'identité véritable de leurs utilisateurs, la personne qui y a recours peut rester anonyme en choisissant un alias.


Les principales victimes étant les enfants, le cyberharcèlement est une priorité pour les adultes et les professionnels de l’éducation. Les expériences traumatisantes ont un impact très fort sur l’esprit d’un enfant et peuvent laisser des traces indélébiles. Il est difficile pour lui de savoir comment réagir face au harcèlement, et quand il le fait, il ne prend pas toujours pleinement la mesure de ses actes. Le cyberharcèlement est souvent la cause de dépression et d’isolement chez les jeunes, et peut mener jusqu’au suicide.

Il existe de nombreuses formes de cyberharcèlement à l’heure actuelle. Voici une liste de termes pour mieux les cerner :

Révélation embarrassante (« outing »)
Cet acte délibéré vise à mettre dans l’embarras ou humilier publiquement une personne en publiant en ligne des informations privées, sensibles ou gênantes. Dérisoires ou sérieuses, les révélations peuvent avoir de graves effets sur la victime.

Intrusion sur un profil de réseau de social (« fraping »)
Par cette pratique, qui constitue un délit grave, une personne accède au compte de sa victime sur un réseau social et usurpe son profil afin de se moquer d'elle ou de nuire à sa réputation. Les conséquences peuvent être graves, en particulier parce qu’il est très difficile de supprimer les traces laissées par le harceleur et de rétablir la réputation de sa victime.

Dénigrement
Dans ce cas, des personnes partagent ou publient en ligne des informations cruelles à propos de votre enfant dans le but de ternir sa réputation ou de gâcher ses relations avec ses amis. Il s'agira notamment de publier des photos, vidéos et captures d’écran personnelles. L'auteur est généralement un ami ou une connaissance de la victime.

Troll
Cette forme de cyberharcèlement utilise l'insulte pour provoquer des internautes jusqu'à les faire réagir. Ces attaques sont généralement personnelles et attisent la colère de la victime pour qu'elle réagisse violemment et agisse de manière incorrecte.

Supercherie
La supercherie consiste à gagner la confiance de votre enfant pour l'amener à révéler des informations intimes ou embarrassantes, qui peuvent ensuite être divulguées au grand public sur Internet. La personne prétend être un ami proche et un confident, et donne à l’enfant un sentiment de sécurité factice avant d'abuser de sa confiance.


Si un enfant est victime de cyberharcèlement, les parents doivent avant tout en être conscients et rester calmes. Des études montrent qu’un fort pourcentage d’enfants hésitent à se confier à leurs parents s’ils sont ainsi harcelés, parce qu’ils craignent de ne plus pouvoir profiter d'Internet. Il est important de discuter du cyberharcèlement avec vos enfants et de leur usage du web. Dites-leur que le cyberharcèlement est une pratique courante et rassurez-les : quoi qu'il leur arrive en ligne, ils peuvent vous en parler et compter sur votre soutien et vos conseils. Enseignez-leur les bases de la sécurité en ligne et restez en contact avec eux, au quotidien aussi bien que sur Internet.

Pour les protéger lorsqu’ils sont en ligne, vous pouvez également installer un système de sécurité fiable sur tous les périphériques qu'ils utilisent. Avec Norton Family Premier, vos enfants peuvent explorer le web librement et vous êtes toujours au courant des sites qu’ils consultent. La solution comprend des outils pour bloquer les contenus inadaptés et vous informer des activités de vos enfants sur les réseaux sociaux, lorsqu'ils se connectent sur Facebook avec leur PC.


Le système de sécurité empêche également vos enfants de divulguer accidentellement des informations personnelles sensibles par le biais de leur ordinateur, comme un numéro de téléphone, une adresse postale ou électronique, ou encore l’établissement scolaire qu'ils fréquentent. Il vous prévient si l'un de vos enfants essaie de consulter un site bloqué, et vous pouvez suivre les SMS qu'ils échangent. Toutes ces informations vous parviennent sur votre appareil mobile Android, pour que vous soyez au courant des activités de vos enfants lorsque vous n’êtes pas avec eux.

Le cyberharcèlement, comme tout autre problème, prend du temps à résoudre. Mais si vous l'abordez sereinement, vous trouverez toujours une solution. Restez impliqué dans la vie numérique de vos enfants afin de détecter une situation difficile dès les premiers signes.

Pour en savoir plus sur les réseaux sociaux, consultez notre guide d’Instagram pour les parents.

Ce billet a été publié le mar. nov. 22, 2016, sous family security , online safety et social media

VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS ?

Suivez-nous pour connaître les dernières actualités, astuces et mises à jour.