Norton Blog

« Retour au Blog Norton

La nomophobie, ou pourquoi vous ne pouvez pas vivre sans votre smartphone

by admin

Beaucoup d’entre nous connaissons cette expérience : nous voulons prendre notre mobile dans notre poche quand nous éprouvons une vague de panique en découvrant qu’il ne s’y trouve pas. Notre cœur s’accélère. Nous vacillons. Notre cerveau s’enflamme. Que faire ? Nous ne pouvons même pas publier un statut « perdu mobile » ou émettre un tweet à propos de cette perte.

C’est ce qu’on appelle une expérience de nomophobie (ou phobie de l’absence de téléphone mobile), c’est-à-dire de panique à l’idée d’être privé de notre téléphone mobile ou de l’avoir perdu.

Ce malaise moderne est fréquent. Il faut dire que notre téléphone est plus qu’un téléphone. C’est notre couverture de sécurité numérique, et il nous accompagne partout. Ces élégants petits appareils contiennent pour ainsi dire notre vie entière, alors il n’est pas étonnant que nous perdions un peu la tête lorsque nous en sommes séparés. Mais chez certains d’entre nous, cette angoisse de séparation va trop loin.

 

Un trouble réel, et qui ne fait que s’aggraver

Une nouvelle étude publiée dans Computers in Human Behaviour suggère que la nomophobie est un trouble réel, et que plus nous utilisons notre appareil, plus nous en devenons dépendants.

Notre angoisse à l’idée d’être séparé de notre appareil augmente au plan mondial, à tel point qu’un article publié dans Psychology Research and Behavior Management suggère d’inclure la nomophobie dans le DSM, la classification des troubles mentaux utilisée par les psychothérapeutes.

De façon intéressante, les femmes semblent davantage touchées que les hommes. Une étude effectuée à l’initiative de SecurEnvoy dans le Royaume-Uni a découvert que : 

  • 70 % des femmes sont inquiètes à l’idée de perdre leur téléphone mobile, contre 61 % des hommes.

  • Les hommes ont plus de chances d’avoir deux mobiles (d’où l’angoisse plus limitée ?).

  • La tranche d’âge la plus nomophobique est constituée par les 18–24 ans, chez lesquels 77 % sont perturbés s’ils sont séparés de leur téléphone ne serait-ce que quelques minutes.

  • La nomophobie est en hausse de 13 % par rapport à la précédente étude.

Et vous ? Vous souffrez de nomophobie si…

1. Vous vous sentez stressé, perdu ou incomplet sans votre portable.
 

  • Plus de 13 milliards de Britanniques craignent de ne pas pouvoir être contactés par téléphone mobile, selon une étude de l’entreprise de télécom Stewart Fox-Mills. C’est plus de la moitié de tous les utilisateurs mobiles.

  • 84 % des personnes interrogées dans un sondage sur la mobilité réalisé par TIME ont indiqué qu’elles ne pourraient se passer de leur téléphone mobile ne serait-ce qu’un jour. Un homme peut survivre trois semaines sans nourriture, de trois à sept jours sans eau... mais la plupart d’entre nous ne peuvent supporter une seule journée sans téléphone ?

2. Vous souffrez du syndrome de la vibration fantôme

Environ 30 % d’entre nous avons « entendu » une sonnerie inexistante, tandis que 80 % ont cru à tort que leur téléphone vibrait dans leur poche. Voici pourquoi. (Plus embarrassant est peut-être le fait d’entendre une sonnerie réelle et de sortir son téléphone mobile, et de découvrir alors que c’est un autre téléphone qui sonnait.)
 

 

3. Vous consultez compulsivement votre téléphone pour regarder si vous avez un nouveau message ou vérifier l’état de la batterie

Votre batterie a une autonomie de 50 %, et vous cherchez frénétiquement un endroit pour le recharger. Peut-être que quelqu’un vous a identifié sur une photo. Ou un ami a aimé votre dernier selfie. Ou vous devez répondre immédiatement à un message. Peu importe, vous devez vérifier. Immédiatement. 

4. Vous avez plusieurs téléphones

Sans commentaire...

5. Vous avez toujours un chargeur avec vous

Ou une batterie de réserve. Tout aussi évident.

 

6. Vous avez peur de manquer quelque chose

La crainte de manquer quelque chose vous conduit à consulter votre téléphone même si vous savez que cela vous fera du mal. Vous ne pouvez pas vous détendre, de crainte de manquer une occasion de vous amuser. Vous devez constamment regarder ce que font vos amis. C’est un cercle vicieux.

7. Vous utilisez votre téléphone à des endroits inappropriés

  • 75 % des personnes interrogées lors du sondage SecurEnvoy reconnaissent qu’elles utilisent leur téléphone aux toilettes.

  • Dans une autre étude sur la mentalité mobile, 9 % ont indiqué qu’ils vérifiaient leur téléphone à l’église. (Cher Dieu...)

D’autres ne peuvent résister lorsqu’ils conduisent, au cinéma ou lors de réunions. Existe-t-il un lieu quelconque où nous laissons notre téléphone de côté ?

8. Vous évitez les lieux où vous ne pouvez pas l’utiliser

Vous passez le moins de temps possible dans les zones où les mobiles ne peuvent pas être utilisés, comme les aéroports, les cinémas, les hôpitaux et tout autre lieu sans Wi-Fi ou avec un mauvais signal.

9. Vous le gardez 24 h/24 et 7 j/7

Vous pourriez manquer ce cliché exceptionnel que votre « ami(e) » a publié sur Facebook® de son repas, de son chaton ou de ses orteils vernis, ou cet article incroyable de BuzzFeed intitulé We Can’t Stop Sleeping With Our Phones And We’re A Little Anxious About It. (Quoi ? Euh, juste un instant. Il faut que je jette un coup d’œil...)

10. Vous couchez avec votre portable

De fait, une étude de TeleNav a montré qu’un tiers des gens étaient tellement attachés à leur mobile qu’ils préféreraient renoncer au sexe plutôt qu’à leur téléphone (spécialement les utilisateurs d’iPhone).

Dormir avec votre téléphone est cependant une mauvaise idée : votre sommeil peut en être perturbé, avec ces notifications soi-disant essentielles qui vous réveillent, et vous empêcheront d’être à votre meilleur le lendemain.

11. Vous préférez communiquer par téléphone que face à face

Pourquoi faire l’effort de sortir et de rencontre vos amis réels en chair et en os alors que vous pouvez rester chez vous confortablement et papoter avec vos amis sur Facebook ? (Ils seraient de toute façon collés à leur téléphone...)

Vous reconnaissez que vous êtes atteint de nomophobie ? Réagissez. Voici ce que vous pouvez faire :

  • Éteignez votre téléphone. Spécialement quand vous allez vous coucher.

  • Sortez-le de votre poche. Posez-le. Éloignez-vous.

  • Distrayez-vous. Allez marcher un petit peu (sans votre téléphone). Jouez avec votre chien. Rendez visite à un ami. (Oui, dans la vraie vie ! C’est possible.)

  • Essayez de vous passer de votre téléphone pendant des périodes brèves. Puis plus longues.

  • Si c’est trop dur, voyez un thérapeute spécialisé dans les troubles anxieux.

  • Rien à faire ? Achetez un noPhone. Avec ce faux téléphone, non seulement vous aurez quelque chose à quoi vous accrocher à tout moment, mais vous n’épuiserez jamais votre crédit, ni votre batterie. Le noPhone est résistant aux chocs et à l’immersion dans l’eau, et ne nécessite aucune mise à jour. Beaucoup d’avantages donc, par contre il ne permet pas de téléphoner.
Ce billet a été publié le ven. août 12, 2016, sous digital trends et mobile insights

VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS ?

Suivez-nous pour connaître les dernières actualités, astuces et mises à jour.