Arnaques en ligne

Réseaux sociaux : les 5 pièges les plus répandus


Rédigé par un(e) employé(e) de Symantec

 

L'homme est un être social : c'est en tirant parti de cette caractéristique que des sites tels que Twitter et Facebook remportent un succès considérable. Selon Sheryl Sandberg, sa directrice des opérations, Facebook compte 175 millions de connexions quotidiennes.

Toutefois, cette formidable popularité présente également un inconvénient. Les créateurs de virus et autres cybercriminels cherchent à atteindre un grand nombre de personnes. Ils s'attaquent donc naturellement aux réseaux sociaux les plus utilisés. Pour vous aider à éviter les escroqueries ou les infections virales, nous avons établi une liste des cinq pièges les plus répandus sur les réseaux sociaux.

5. Les chaînes de lettres

Vous en avez certainement déjà reçu. La chaîne de lettres tant redoutée est de retour. Elle peut apparaître sous une forme telle que « Retweetez ce texte et Bill Gates fera une donation de 5 millions de dollars à une œuvre de bienfaisance ». Mais attendez, réfléchissons un peu. Bill Gates fait déjà beaucoup dans ce domaine. Pourquoi aurait-il besoin d'une lettre comme celle-ci pour agir ? Réponse : il n'en a pas besoin. Tout est faux, aussi bien la cause que la demande.

Donc, quelle raison peut pousser quelqu'un à publier ce type de texte ? Bonne question. Il peut s'agir d'un farceur cherchant à s'amuser ou d'un spammeur à la recherche « d'amis » auxquels il pourra ultérieurement envoyer des messages indésirables. Des personnes bien intentionnées contribuent à la propagation de ces fausses demandes. Rompez la chaîne et indiquez-leur qu'il s'agit probablement d'une ruse.

4. Les demandes d'argent

La principale fonction des réseaux sociaux est de nous aider à rester en contact avec nos amis tout en nous permettant de rencontrer d'autres personnes. Mais connaissez-vous vraiment bien ces nouveaux « amis » ? Cette personne dont vous venez d'accepter la demande d'ajout et qui semble si sympathique sur sa photo de profil a subitement besoin d'argent : il s'agit probablement d'un cybercriminel. Réfléchissez à deux fois avant d'agir. En fait, ce conseil est également valable si vous connaissez la personne.

Imaginez la situation suivante : vous venez de recevoir une demande urgente provenant de l'un de vos véritables amis qui dit avoir perdu son portefeuille sur son lieu de vacances et affirme avoir besoin d'argent pour le voyage de retour. Vous avez envie de l'aider et vous lui envoyez immédiatement de l'argent en suivant ses instructions. Mais il y a un problème : votre ami ne vous a jamais envoyé cette demande. En fait, il n'en a même pas connaissance. Son ordinateur infecté par un malware a récupéré tous ses contacts et envoyé ce message malveillant à chacun d'entre eux. Il ne reste plus à l'auteur du programme qu'à attendre de voir quelles sont les personnes qui tomberont dans le piège.

Encore une fois, réfléchissez avant d'agir. Téléphonez à votre ami. Informez-le de la demande et demandez-lui confirmation. Ensuite, assurez-vous que votre ordinateur n'est pas également infecté.

3. Les frais cachés

« Quel type de personnage de Star Wars êtes-vous ? Découvrez-le en remplissant notre questionnaire ! Tous vos amis l'ont déjà fait ! » Ça semble intéressant. Vous entrez donc vos informations personnelles et votre numéro de téléphone portable, comme cela vous est demandé. Après quelques minutes, un texte s'affiche. Il s'avère que vous êtes plus proche de Yoda que de Dark Vador. C'est intéressant… Mais nettement moins que votre facture de téléphone portable du mois suivant.

Vous venez également de vous abonner involontairement à un service douteux qui sera facturé 9,95 € par mois.

Finalement, ce service « gratuit et amusant » n'est ni l'un ni l'autre. Méfiez-vous de ces jeux à double tranchant. Ils ont tendance à se développer sur les réseaux sociaux.

2. Le phishing

« Quelqu'un vient de publier ces photos de vous, prises alors que vous étiez ivre à cette fameuse fête ! Cliquez ici pour les voir ! » Hein ? Je veux voir ça ! Vous cliquez immédiatement sur le lien fourni et vous êtes redirigé vers la page de connexion à Twitter ou Facebook. Vous saisissez les informations de compte qui vous sont demandées... et un cybercriminel dispose maintenant de votre mot de passe et du contrôle total de votre compte.

Comment est-ce possible ? Tout était faux, aussi bien le message électronique que la page d'accueil. Le lien sur lequel vous avez cliqué vous a redirigé vers une page qui avait seulement l'apparence de celle du réseau social que vous avez l'habitude d'utiliser. On désigne cette pratique sous le nom de phishing, et vous venez de vous faire piéger. Pour empêcher cela, veillez à ce que votre logiciel de sécurité Internet soit doté de fonctionnalités antiphishing. De nombreux programmes gratuits ne comprennent pas cette protection essentielle.

1. Les URL cachées

Evitez de cliquer aveuglément sur des URL abrégées. Vous les verrez partout sur Twitter, mais vous ne pouvez pas savoir où elles vous conduiront étant donné que l'URL (Uniform Resource Locator, c'est-à-dire l'adresse Web) n'indique pas la totalité des informations relatives à l'emplacement. Lorsque vous cliquez sur un lien de ce type, vous pouvez aussi bien accéder au site indiqué qu'à un autre site qui installera toutes sortes de malwares sur votre ordinateur.

Les URL abrégées peuvent être très utiles. Méfiez-vous toutefois des pièges potentiels qu'elles représentent et assurez-vous que vous disposez d'une protection en temps réel contre les spywares et les virus.

En conclusion, tous les sites qui attirent un nombre important de visiteurs attirent également les criminels. Si vous prenez des précautions de sécurité dès le départ, comme l'installation d'un logiciel antivirus et antispyware, vous pouvez vous mettre à l'abri de ces dangers et surfer en toute tranquillité.


Exclusion de responsabilité et références :
Symantec Corporation, leader mondial de la cybersécurité, aide les organisations, les administrations et les particuliers à protéger leurs données les plus importantes, où qu'elles se trouvent. Plus de 50 millions de personnes, dont des familles, s'en remettent à Norton et à la plate-forme de sécurité numérique complète LifeLock pour assurer la protection de leurs informations personnelles, de leurs appareils, de leurs réseaux domestiques et de leur identité.

© 2018 Symantec Corporation. Tous droits réservés. Symantec, le logo Symantec, le logo en forme de coche, Norton, Norton by Symantec, LifeLock et le logo Lockman sont des marques commerciales ou des marques déposées de Symantec Corporation ou de ses filiales aux États-Unis et dans d'autres pays. Firefox est une marque commerciale de Mozilla Foundation. Google Chrome est une marque commerciale de Google, Inc. Mac, iPhone et iPad sont des marques commerciales d'Apple Inc. Microsoft et le logo Windows sont des marques commerciales de Microsoft Corporation aux États-Unis et/ou dans d'autres pays. Le robot Android est une reproduction ou une modification de l'œuvre créée et partagée par Google et doit être utilisé en accord avec les conditions décrites dans le contrat d'attribution Creative Commons 3.0 Attribution License. Les autres noms peuvent être des marques commerciales de leurs propriétaires respectifs.

`